Ancrage sûr – C’est comme ça que ça marche vraiment

Pour les skippers et leurs équipages il est important de savoir ancrer son bateau dans une crique, car cela devient de plus en plus attractif pour les raisons suivantes :

Les frais d’amarrage dans les ports de plaisance sont devenus très chers. En Croatie, vous payez souvent 100 € pour un yacht de 45 pieds, parfois même plus, selon la saison.

En ce qui concerne les bouées, le prix est souvent la moitié d’amarres dans une marina, bien que vous n’ayez pas d’infrastructures qui justifient ces coûts.

Arrivé à destination, le port n’est pas adapté à votre bateau ou il est déjà entièrement occupé ou il est mal situé en raison des prévisions météorologiques.

Vous et votre équipage préférez simplement vous éloigner du tourisme nautique pour profiter du calme, de la nature et du coucher du soleil dans une baie idyllique et regarder le magnifique ciel étoilé sans être déranger par la pollution lumineuse. C’est l’une des plus belles expériences de vacances à la voile.

Mais de nombreux marins, et clients de voilier, ont un mauvais pressentiment au plus tard lorsqu’ils s’endorment. Ils pensent, alors à l’ancre au bout d’une chaîne de plusieurs mètres qui se trouve quelque part sur le sol et devrait tenir un bateau pesant plusieurs tonnes. Bien sûr, l’équipage ressent aussi ce stress.

Il y a de plus en plus de « champs » de bouées en Croatie, car le simple fait de gérer un petit champ de bouées génère environ 100’000 € de revenus par saison. Une bouée dans une belle baie de Croatie n’est pas là pour vous offrir un mouillage sûr, mais pour vous faire payer quelque chose. L’amarrage à une bouée est bien sûr beaucoup plus pratique et plus rapide que la manœuvre de mouiller l’ancre. Une bouée suggère aussi plus de sécurité si vous maitriser mal la manœuvre de mouiller l’ancre, j’ai eu cette croyance naïve pendant longtemps. Une bouée n’est reliée qu’à une corde, éventuellement suivie d’une chaîne et finalement attaché à un bloc de béton posé sur le sol. Qui peut garantir que le bloc de béton ne glissera pas, que la corde ne se rompra pas si le vent est très fort ? Qui peut vous dire pour quelle taille de yacht et quelle force du vent le système a été conçu ? C’est très simple : personne. Les propriétaires des bouées ne sont pas responsables des dommages. Je me suis moi-même amarré à la même bouée deux fois au cours d’une saison, avec des conditions de vent de la même force et des voiliers comparables. La deuxième fois, le voilier a tiré la bouée avec son bloc de béton à travers toute la baie en une demi-heure. Heureusement, le bloc de béton était très profond et presque impossible à remonter à l’autre extrémité de la baie. Cela a empêché l’échouement. Alors je vous encourage à faire confiance à votre ancre, plus qu’à une bouée.

Dans ce chapitre, je vous explique, en toute transparence, ce qu’il faut vraiment savoir sur le choix de l’ancrage, la bonne longueur de chaîne et la manœuvre d’ancrage, afin que vous puissiez avoir confiance dans votre manœuvre. Le choix de l’ancrage et de la manœuvre sont toujours les mêmes. La plupart des skippers calculent mal la bonne longueur de chaîne et c’est pourquoi j’aborde ce sujet plus en détail. D’autant plus qu’il est facile de calculer la longueur nécessaire. Tout ce que vous avez appris jusqu’à présent sur la longueur de la chaîne par la littérature, les manuels ou d’autres personnes, était probablement en partie contradictoire, faux ou impossible à réaliser et vous a finalement déstabilisé.

Le choix de l’ancrage dépend des critères suivants :

Prévision de la force et de la direction du vent

Protection contre le vent

Types de fonds marins

Profondeur d’ancrage

Informez-vous sur les prévisions météorologiques. Faut-il tenir compte du vent, si oui, restera-t-il constant ou sa direction et/ou sa force changera-t-elle ? En Croatie, j’utilise les prévisions météorologiques du Centre Météo Maritime de Split par radio VHF, les cartes météo « Aladin du DHMZ » et les prévisions locales du modèle météorologique « ECMWF » sur Windy.com. Si on s’attend à ce que la nuit soit calme, tant mieux. Mais plus le vent est fort, plus il est important de trouver une baie qui offre une protection. Vous pouvez utiliser la carte marine ou « Navionics » pour une sélection approximative, mais il est aussi plus qu’utile de consulter le manuel du port ou d’appeler l’App « Navily ». Vous y trouverez peut-être des informations importantes que vous ne pourrez peut-être pas reconnaître visuellement, par exemple, la baie est protégée des vents descendants ou des effets de courant. Si de tels phénomènes sont signalés pour la baie de votre choix, les vitesses du vent peuvent être significativement plus élevées que prévu.

Quel type de fond est au mouillage ? Est-ce que c’est de l’argile, du sable, du gravier, de la boue, des herbiers ou de la roche. Bien sûr, les caractéristiques suivantes ne s’appliquent que si vous prévoyez du vent. Si vous n’avez pas de vent, de houle ou de courant, vous pouvez mouiller n’importe où, car le poids de la chaîne et de l’ancre maintient le navire en position par friction seulement.

L’argile, le sable, le gravier fin et la boue solide sont considérés comme un bon ancrage. Le gravier grossier, les pierres et la boue molle sont mal adaptés. Avec les pierres ou rochers, l’ancre peut se coincer, dans la boue molle, elle s’enfonce. Dans le cas d’une végétation avec des herbiers, les taches foncées sur le fond pendant la journée en sont le meilleur indicateur : Si tout le fond est envahi par la végétation, il n’y a aucune chance d’une manœuvre d’ancrage positive, l’ancre glisse simplement. S’il n’y a que des taches d’herbe marine et de sable entre les deux, alors ça marche. Vous n’avez pas besoin de vous diriger vers une baie au fond rocheux lorsque le vent souffle. Si vous n’avez pas d’autre choix, vous pouvez utiliser une règle empirique pour estimer la quantité de chaîne dont vous avez besoin pour transférer l’énergie éolienne par simple friction. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans le chapitre suivant “La bonne longueur de chaîne”.

Les baies d’ancrage plates sont à préférer pour les raisons suivantes : Vous avez besoin de moins de longueur de chaîne. Vous verrez mieux le fond et vous verrez, par exemple, la végétation avec des algues ou d’autres caractéristiques du fond. Et si par malheur votre ancre ne peut pas être remontée, vous pourrez soit plonger vous-même, soit commander un plongeur. Enfin, vous réduirez la tension sur votre rouleau d’étrave dans une baie peu profonde, car à une profondeur de 20 m, plus de 60 kg pèseront sur le treuil. Il faut tenir compte de la marée pour la profondeur de la baie, en Croatie elle dépend de la région de 40 cm jusqu’à un mètre, les valeurs exactes peuvent être trouvées ici. La profondeur de la baie doit donc correspondre approximativement au tirant d’eau de votre bateau + la marée. Personnellement, je mouille en Croatie presque exclusivement et la profondeur des mouillages que je connais est toujours entre 3 et 5 mètres. Le mouillage doit être aussi plat que possible, car une baie en pente raide peut faire que votre ancre se détache avec un vent de terre et que votre quille touche le sol avec du vent du large. Assurez-vous d’avoir encore assez de profondeur, même avec une chaîne tendue et un vent de terre. Pour plus d’informations à ce sujet, reportez-vous au chapitre Manœuvres d’ancrage.

La longueur de la chaîne d’ancre doit être de 5 à 7 fois la profondeur de l’eau.

Vous devriez utiliser autant de chaînes que possible.

La longueur de la chaîne est au moins la force du vent multipliée par la profondeur de l’eau.

La longueur de la chaîne d’ancre est d’au moins 25 mètres + profondeur d’eau.

Ses affirmations vous semblent-elles familières ?

De tels conseils peuvent être trouvés sur Internet et malheureusement aussi dans les manuels d’instructions nautiques. Je les trouve très dangereux, parce que dans certaines situations ils peuvent s’appliquer, dans d’autres ils sont impossibles et dans certains cas ils sont erronés.

L’affirmation selon laquelle il faut mesurer la longueur de la chaîne à un multiple de la profondeur de l’eau provient probablement de l’interprétation des résultats des essais. Avec un angle d’environ 8 degrés entre la verge de l’ancre et le sol, la force de maintien de l’ancrage peut chuter jusqu’à 70% lors de l’essai, en fonction de l’ancrage et du sol. Cet angle correspond à un rapport de 7:1, longueur de chaîne = 7 x la profondeur, mesurée à partir du rouleau d’étrave, lorsque la chaîne est complètement tendue.

Dans un rapport de 7/1, soit 5 m de profondeur d’eau à partir du rouleau d’étrave, 35 m de longueur de chaîne de 10 mm d’épaisseur, un vent de 36 nœuds (presque 8 Bft) doit agir sur un yacht de 42 pieds pour tendre la chaîne. A 4m de profondeur d’eau du rouleau d’étrave, soit 28m de longueur de chaîne, 33 nœuds de vent sont encore nécessaires. Peu d’équipages ont l’intention de s’ancrer avec cette force de vent.

Le maintien maximal de l’ancre est lorsque la verge de l’ancre et le bateau sont tirées parallèlement au sol par la chaîne. Comme le dernier maillon de la chaîne n’a pas de contact avec le sol et que la force augmente encore, que ce soit à cause des vagues ou du vent, la chaîne est tendue lentement, l’étrave est soulevée et la force de maintien diminue. De plus, l’élasticité de la chaîne diminue considérablement avec le levage de la verge de l’ancre. Cela signifie que si le bateau s’éloigne de l’ancre, la force sur la chaîne augmente considérablement. Le bateau est fortement freiné en conséquence. Cette force peut faire sortir l’ancre. Une réduction de la force de maintien ne devrait pas se produire du tout. Le graphique ci-dessous illustre cette situation. La distance qu’un voilier peut parcourir avec une longueur de chaîne donnée jusqu’à ce que l’ancre décolle est la même pour les chaînes légères et lourdes, mais la force requise pour cela est beaucoup plus élevée avec une chaîne de 10 mm qu’avec une chaîne 8 mm. Vous pouvez également voir qu’un doublement de la longueur de la chaîne nécessite environ trois fois la force jusqu’à ce que l’ancre se lève. Mais si l’ancre se soulève, la force augmente par à-coups, plus la chaîne est longue, plus elle est forte.

Quelle est donc la bonne longueur de chaîne ?

La longueur de chaîne correcte est au moins aussi longue que la longueur de chaîne minimale requise, mais seulement si votre voilier ne touche pas un autre bateau ou ne s’échoue pas pendant qu’il tourne autour de son axe. La longueur de chaîne minimale requise est donnée dès que l’ancre à la force de retenue maximale, c’est-à-dire qu’elle est tirée parallèlement au sol. J’ai développé pour vous un programme basé sur les lois physiques, avec lequel vous pouvez calculer la longueur de chaîne minimale requise. La longueur de chaîne requise dépend des facteurs suivants :

– Poids de la chaîne d’ancre

– Longueur du bateau (longueur de la coque)

– Force maximale prévue du vent, y compris les rafales

– Profondeur de la baie

Ni le poids ni la largeur du bateau, mais la longueur d’un voilier est un autre facteur déterminant la longueur de la chaîne. Sur les voiliers, le centre de gravité de la zone d’attaque du vent est situé devant le centre de gravité sous-marin en raison de la forme de la coque. C’est pourquoi les voiliers ont tendance à tourner plus facilement autour de l’ancre que les bateaux à moteur. Le voilier ne se trouve jamais exactement dans la direction du vent, et quand le vent fraîchit un peu, l’étrave est d’abord pressée sous le vent, la zone d’attaque du vent augmente, la force sur le bateau et la chaîne d’ancre augmente, puis l’arrière du bateau commence lentement à tourner sous le vent. En raison de son inertie de masse, le bateau tourne au-delà de la direction idéale du vent et le jeu commence dès le début.

Pour le dimensionnement de la zone d’attaque au vent et de la résistance au vent du yacht, en plus de la longueur de la coque, la hauteur de la coque et la hauteur de toutes les superstructures par rapport au pont sont requises. En me basant sur la géométrie d’environ 100 bateaux de toutes longueurs entre 30 et 67 pieds, j’ai pu déterminer une fonction de compensation non linéaire, avec laquelle la surface d’attaque au vent peut être calculée très exactement en fonction de la longueur du navire. La valeur de résistance à l’air a pu être déterminée à partir d’analyses CFD complexes. Seuls les voiliers ayant la plus grande surface d’attaque au vent à une longueur donnée sont utilisés pour cette fonction. Par exemple, un bateau de croisière Performance Cruiser de 42 pieds avec un mât plus haut et un lazy-bag, bien qu’il soit mince, a plus de surface d’attaque qu’un voilier de même longueur avec une quille plate et une grand-voile à enrouleur.

Lorsque vous entrez la vitesse du vent, assurez-vous d’utiliser le vent, y compris les rafales prévues. Si vous utilisez la vitesse nominale du vent, une forte rafale de quelques secondes est suffisante pour amener la chaîne d’ancre à la longueur étirée. Le résultat est que la force de maintien diminue. Plus d’informations à ce sujet dans le chapitre sur les problèmes d’ancrage.

Lorsque vous entrez dans la profondeur de la baie, il est important de prendre la valeur de la surface de l’eau et non de la quille. Si vos instruments mesurent la profondeur à partir de la quille, vous devez ajouter le tirant d’eau.

Un autre point à considérer, et ne pas sous-estimés, sont les vagues. Un grand bateau de pêche dépassant votre mouillage à une vitesse de 10 kn peut causer une vague de 0,5 m de hauteur. Non seulement la hauteur de la vague est décisive pour la force agissant sur votre bateau, mais aussi la vitesse de la vague, sa durée et la force sur le voilier. Tandis que la vague se déplace plus rapidement à de plus grandes profondeurs, la vitesse dite de groupe de la vague augmente à de plus petites profondeurs. Plus la baie est peu profonde, plus la force de la vague est élevée. L’illustration suivante montre le nombre de mètres de chaîne d’ancre dont vous aurez besoin en plus de ce qui précède pour éviter que l’étrave ne soit soulevée par la vague. Bien sûr, plus le bateau est lourd, plus il a de surface de contact pour la vague, car il est plus long et plus large, et nécessite un peu plus de chaîne qu’un petit voilier plus léger. A des profondeurs plus faibles, il faut plus de chaînes qu’à des profondeurs plus importantes. Les chaînes légères ont besoin de plus de longueur que les chaînes lourdes. Ce que toutes les courbes ont en commun, c’est qu’elles ont un maximum. A faible vitesse de vent, il ne faut que quelques mètres de chaîne en plus, la chaîne est encore très élastique. A vitesse de vent moyenne, c’est la chaîne supplémentaire la plus nécessaire et, en plus des vitesses de vent plus élevées, la masse de la chaîne est déjà dominée par le vent, la longueur supplémentaire de la chaîne due aux vagues diminue à nouveau. Dans le programme, une longueur supplémentaire de 7 mètres de chaîne est généralement estimée.

Une fois que vous avez trouvé la baie de votre choix, la manœuvre commence. C’est en fait très facile si vous suivez ces conseils.

Vous n’êtes peut-être pas le seul dans la baie, et vous devrez peut-être mouiller l’ancre entre d’autres bateaux. Traversez lentement la baie et observez le changement de profondeur. Si vous n’êtes pas sûr de la distance qui sépare les yachts, passez derrière les voiliers déjà ancrés à 2 nœuds et mesurez le temps entre deux yachts par relèvement latéral. La valeur en secondes est alors approximativement égale à la distance en mètres. L’espace dont vous avez besoin est déterminé par le programme.

Dirigez votre bateau dans le vent et conduisez lentement jusqu’à la position où vous voulez que l’ancre tombe. S’il n’y a pas de vent, regardez a) comment les autres bateaux sont alignés et b) d’où le vent peut venir vers la fin de la manoeuvre. Arrêtez le yacht. Au point où l’ancre doit tomber, le bateau ne doit pas avoir de vitesse. Dérouler la chaîne de l’ancre sans s’arrêter à une profondeur d’eau de +2 m, qui tient compte de la distance entre le rouleau d’étrave et la surface de l’eau. Dans les baies peu profondes, le bruit du treuil change dès que l’ancre repose sur le sol, car le treuil est soulagé par le poids de l’ancre.

Je n’ai pas de vent :

Enclenchez la marche arrière et repartez tout droit en appuyant sur l’accélérateur au ralenti. Laissez descendre la chaîne. Assurez-vous de ne pas dépasser une vitesse de 1 Kn, ce qui correspond à peu près à la vitesse du treuil. Dès que la longueur de chaîne convenue est atteinte, arrêtez le treuil et mettez le moteur au point mort. En raison de l’inertie, le bateau va maintenant continuer à se déplacer un peu plus loin, l’ancre va tenir, puis la chaîne va commencer à se tendre lentement.

Il y a du vent :

Laisser le bateau dériver vers l’arrière et céder le passage à la chaîne d’ancre de sorte que la chaîne d’ancre du rouleau d’étrave pointe toujours légèrement en diagonale vers l’avant jusqu’à ce que la longueur de chaîne convenue soit atteinte.

Avec ou sans vent, je vérifie maintenant si l’ancre s’est enfouie en reculant et en laissant tourner le moteur uniquement au ralenti. Un membre de l’équipage doit maintenant se tenir debout avec les deux jambes sur la chaîne entre le rouleau d’étrave et le treuil. Si le poids de la personne continue à pousser la chaîne vers le bas, l’ancre cède et la manœuvre doit être répétée. Si la chaîne reste tendue entre le rouleau d’étrave et le treuil d’ancre malgré le poids de la personne, l’ancre s’est enfoncée.

Ancrage sur sol rocheux :

Si vous voulez mouiller l’ancre sur un terrain rocheux, c’est pratiquement la même chose que de faire la manœuvre dans une piscine. L’ancre ne peut pas s’enfouir toute seule et la force sur la chaîne n’est transmise que par friction. Pour un yacht de 14 m de long, vous pouvez faire un calcul approximatif :

Longueur de la chaîne au sol en mètres = 2 x (vent en nœuds) 2. A 4 nœuds, il faut 32 mètres de chaîne au sol. De plus, il y a la longueur minimale requise pour une ancre qui pourrait s’enfouir dans le même vent. A 5 nœuds, votre chaîne n’est déjà plus suffisamment longue.

La mauvaise longueur de chaîne :

La longueur de votre chaîne peut être trop courte, mais aussi trop longue. A titre d’exemple, nous prenons la plage de Zlatni Rat en Croatie. Ce mouillage est très populaire, mais peut aussi être très dangereux, surtout du côté ouest. Autour de la plage, l’eau est très peu profonde mais devient rapidement abrupte. Du calme plat, de forts vents d’ouest peuvent soudain apparaître, difficiles à prévoir. Si la chaîne d’ancre est trop courte, l’ancre ne tiendra plus et votre yacht dérivera vers la rive. Si la chaîne d’ancre est trop longue, le bateau sera également échoué. J’ai moi-même eu plusieurs expériences sur cette plage ou je n’avais plus que quelques centimètres d’eau sous ma quille. Si votre agence de location détecte un contact avec le sol, même si vous n’avez fait que toucher le gravier, cela peut être coûteux pour vous. Si le bateau doit sortir de l’eau à cause de ça mieux vaut avoir une bonne assurance.

Afin d’éviter les droits portuaires élevés à certains endroits, on choisit des mouillages d’où l’on peut rejoindre le lieu en canot pneumatique en quelques minutes. Un de mes endroits préférés est le mouillage Punta Beach à l’ouest de Maslinica/Solta. La situation peut alors être la suivante. Le vent pour la nuit est de 4 nœuds maximum, votre mouillage a une profondeur d’eau de 4 m. D’autres bateaux y sont déjà ancrés. Ils choisissent avec la meilleure conscience la distance suffisante par rapport au yacht voisin et la longueur de chaîne nécessaire et ont après la manœuvre d’ancre à peu près la même distance par rapport à la terre que le yacht voisin. Le skipper en colère du navire voisin vous demandera de quitter le mouillage, bien que l’espace entre vous et le navire voisin soit supérieur à 30 mètres. On suppose que ce skipper a mouillé toute sa longueur de chaîne. Les bateaux ont en général une longueur de chaîne de 50 m, ce qui est une bonne longueur pour un mouillage. Ensuite, ce qui suit peut se produire lorsque le vent tourne. Comme le yacht voisin a mouillé 50 m de chaîne, il tourne sur un arc plus grand que votre voilier. Les bateaux tournent toujours autour du point où se trouve leur ancre. Dans ce cas, le voilier voisin avec le safran se coince sur votre chaîne. La charge de flexion sur le safran peut même entraîner des dommages, comme le montre l’illustration ci-dessous. Bien sûr, vous pouvez remédier au problème en donnant toute la chaîne, mais finalement tout le monde dans la baie aura le même problème. Par conséquent, chaque skipper ne doit mouiller que les mètres nécessaires de chaîne s’il n’est pas seul dans la baie.

Les trois simulations numériques suivantes montrent une fois de plus, en vue spatiale, vue de dessus et vue de côté, ce qui se passe si vous ne gardez pas suffisamment de distance avec le yacht voisin au moment de jeter l’ancre ou si vous avez donné trop de chaîne d’ancre.


Calcul de la longueur minimale de la chaîne d’ancrage pour les voiliers




Hauteur du cabestan d’ancre sur la proue: